PARTAGER

07 Photos : Lamine Sekka, le Sénégalais qui a joué le rôle de Bilal dans le film culte « Le messager »

Le rôle du fameux Bilal du film culte Le Message qui retrace la Vie et l’Oeuvre du Prophète de l’Islam Mouhamad Paix et Salut sur Lui, a été interprété par Johnny Sekka. Un acteur britannique, né Lamine Sekka le 21 juillet 1934 à Dakar (Sénégal). Il est décédé le 14 septembre 2006 à Agua Dulce en Californie (Etats unis).

Johnny Sekka est un acteur britannique, né Lamine Sekka le 21 juillet 1934 à Dakar (Sénégal), mort le 14 septembre 2006 à Agua Dulce (Californie).

Né d’une mère sénégalaise et d’un père gambien, Johnny Sekka (nom de scène) s’installe au Royaume-Uni en 1952 et intègre en 1954 la Royal Academy of Dramatic Art de Londres. En cette ville, il joue notamment au théâtre dans Moon on a Rainbow Shawl d’Errol John (en) (1958, avec Earle Hyman) et Talking to You de William Saroyan (1962, avec Nigel Hawthorne).

Au cinéma, son premier film est Flame in the Streets (en) de Roy Ward Baker (1961, avec John Mills et Sylvia Syms). Parmi ses autres films britanniques, nommons La Femme de paille (1964, avec Sean Connery et Gina Lollobrigida) et Khartoum (1966, avec Charlton Heston et Laurence Olivier), tous deux réalisés par Basil Dearden.

Après avoir participé à une coproduction germano-nigériane (Things Fall Apart) et à un film sénégalais (Reou-Takh), sortis respectivement en 1971 et 1972, il rejoint les États-Unis où il s’établit définitivement.

Ainsi, Johnny Sekka contribue à plusieurs films américains, dont trois réalisés par Sidney Poitier, le dernier étant La Folie aux trousses (1982, avec Gene Wilder et Gilda Radner). Mentionnons aussi la coproduction Le Message de Moustapha Akkad (version anglaise, 1976, avec Anthony Quinn et Irène Papas) et Ashanti de Richard Fleischer (1979, avec Michael Caine et Peter Ustinov).

Le dernier de ses dix-neuf films est La Fièvre du jeu de Richard Brooks (1985, avec Ryan O’Neal et Catherine Hicks).

Pour la télévision, il apparaît d’abord dans quelques séries britanniques, telles Destination Danger (un épisode, 1965) et Chapeau melon et bottes de cuir (un épisode, 1968).

Aux États-Unis, il collabore à trois téléfilms, le premier étant The African Queen de Richard C. Sarafian (1977) ; dans ce remake du film éponyme de John Huston (1951), Warren Oates et Mariette Hartley reprennent les rôles tenus initialement par Humphrey Bogart et Katharine Hepburn. Le troisième — son ultime prestation à l’écran — est Premier contact Vorlon, pilote de la série Babylon 5 (1993, avec Michael O’Hare et Tamlyn Tomita).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here