PARTAGER

Le ministre Aly Ngouille Ndiaye et ses collaborateurs du ministère de l’Intérieur, chargés de l’organisation matérielle des élections, ont tiré leur épingle du jeu. Les leçons ont été bien tirées des désordres constatés lors des élections législatives de 2017. Le désordre des élections législatives nous avait fait écrire dans une chronique intitulée «Le carton jaune des urnes», en date du 31 juillet 2017, que le «désordre avait donné un coup à l’image de la démocratie sénégalaise». Pour le scrutin présidentiel de ce 24 février 2019, les matériels électoraux ont été déployés à temps dans les bureaux de vote et la sécurité a été garantie dans l’ensemble du territoire national. Le ministre Ndiaye s’était fait un point d’honneur de ne pas laisser des perturbateurs arriver à entacher le processus électoral. On avait assisté à des saccages de bureau de vote dans des localités comme Touba. Les opérations électorales se sont déroulées avec une certaine célérité. Les bureaux de vote avaient ouvert à l’heure et par exemple les observateurs avaient pu rapporter qu’à 8h 30 minutes, plus de 98% des bureaux de vote avaient démarré les opérations. Le vote s’est déroulé sans discontinuité et le passage des électeurs a été fluide, vu le nombre relativement réduit des candidats. La menace était d’autant plus grande que les opérations de vote étaient annoncées pour être sabotées. Il a mis en place un dispositif qui s’est révélé on ne peut plus efficace. Le ministre de l’Intérieur est assurément à féliciter. Il est aussi heureux qu’il ait pu taire toutes les critiques et les appréhensions qui avaient entouré sa nomination à la Place Washington. L’opposition avait voulu faire de la personne du ministre de l’Intérieur, qui se trouve être un responsable politique du parti du Président Macky Sall, un motif de contestation électorale.

MADIAMBAL!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here