PARTAGER

C’est un heureux hasard. Après avoir calé l’entretien depuis des jours, la lettre de Abdoul Mbaye, interpellant le président de la République sur des contrats pétroliers et miniers, est tombée pile-poile. L’occasion pour l’Obs d’en parler avec l’actuel ministre de l’Industrie et des Mines, qui fut, dans un passé récent, ministre de l’Energie du Sénégal. Seulement, Aly Ngouille Ndiaye est gêné d’aborder ce sujet, pour des raisons qu’il explique à l’Obs.

index

Je suis un peu gêné pour deux raisons. L’essentiel des questions qui ont été posées sont en rapport avec des contrats sur l’énergie. Des contrats de recherche de pétrole. Je ne suis plus ministre de l’Energie. Et en quittant ce département, je n’ai amené aucun document. Je suppose que l’administration est une continuité. Peut-être que l’ancien Premier ministre l’a fait. Moi, non. J’ai lu sa contribution. Mais, je pense qu’il est mieux placé pour y répondre. Parce qu’en 2012 et 2013, c’était lui le Premier ministre. Et je ne pense pas qu’il existe des décrets, dans ce pays, signés par le président de la République directement, sans qu’ils aient été contresignés par le Premier ministre. Donc, en tant qu’es qualité de Premier ministre, il était censé avoir toutes les informations à l’époque. Il peut y avoir deux possibilités : il avait ces informations et avait fermé les yeux pour signer les documents ; ou, il n’avait pas les informations. Ce qui est très grave. Puisque le Premier ministre dispose de toute l’administration et est censé avoir toutes les informations qui les concernent. Car, tous les décrets passent par lui. Pour moi, il a les réponses. Il n’a qu’à dire aux Sénégalais ce qu’il sait. C’est ce que nous attendons de lui, mieux que les insinuations », a indiqué Aly Ngouye Ndiaye.

Toutefois, l’ancien ministre de l’Energie d’estimer qu’ : « Il y a un peu de démagogie dans certaines positions d’anciens responsables ». Pour lui, les contrats que les ministres signent, du point de vue de la loi et des accords, ne doivent pas être publiés. Sur cette base, nous ne pouvons pas le faire. D’ailleurs, c’est ce qui nous a poussés, dans le cadre du nouveau Code minier qui sera examiné en Conseil des ministres en septembre, à demander qu’on puisse publier les contrats dans le site du Gouvernement. Mais au moment où je vous parle, nous ne pouvons pas le faire ; car ce n’est pas permis par la loi. Si nous exposons le pays à certaines plaintes que nous avons connues dans le passé.

DahraDjoloff.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here