PARTAGER

Il est aux anges ! En effet, séduit par l’organisation du Salon international des Mines, qui a été un succès retentissant, le ministre de l’Industrie et des Mines peine à trouver les mots justes, pour se féliciter des conclusions et des recommandations qu’il qualifie de plus que pertinentes de la quatrième édition, dont il a présidé la cérémonie de clôture, cette après-midi. Mais pour Aly Ngouille Ndiaye, « il ne pouvait en être autrement, si l’on en juge par la pertinence du thème et son actualité à savoir «le secteur minier, un levier de développement territorial».

S’adressant aux participants au SIM 2016, composés de plusieurs dizaines de délégations étrangères dont certaines conduites par des ministres de la sous-région, Aly Ngouille Ndiaye dit avoir » noté en particulier que ces échanges aient porté, entre autres, sur la gouvernance économique dans le secteur minier, l’éducation et la science au profit du secteur minier, le secteur minier et développement local, la gestion de l’environnement pour se terminer par un gros plan sur les projets miniers retenus parmi les six (6) secteurs moteurs de croissance du Plan Sénégal Emergent (PSE) ».

Poursuivant, le ministre de l’Industrie et des Mines d’embrayer en direction de l’assistance en ces termes : « je retrouve, avec satisfaction, dans vos réflexions, tous les aspects liés à la contribution du secteur minier à la promotion de territoires viables porteurs de développement durable ».

Au regard des interventions de la Guinée, du Mali et du Togo, il urge une redistribution équitable des revenus

Mieux, a expliqué Aly Ngouille Ndiaye, « les interventions des Représentants des pays frères de Guinée, du Mali et du Togo ont montré que l’objectif d’une redistribution équitable des revenus miniers entre les différents acteurs, accompagnée d’une politique de transparence dans l’exploitation des ressources minérales constitue une préoccupation de tous les pays ».

Quid du PSE? Le ministre sénégalais de l’Industrie et des Mines estime que « les résultats encourageants obtenus par les projets phares du secteur minier nous réconfortent dans notre choix d’en avoir fait un secteur prioritaire ».

Cette réflexion stratégique en direction de la prochaine génération des jeunes mineurs de l’Afrique de l’Ouest

Outre les conclusions issues des Panels de haute facture, le ministre Aly Ngouille Ndiaye s’est dit très satisfait du fait que le Salon ait « été également l’occasion d’engager une réflexion stratégique sur la préparation de la prochaine génération de jeunes mineurs de l’Afrique de l’Ouest et sur une meilleure représentativité des femmes dans les mines pour un développement durable ».

Selon le ministre de l’Industrie et des Mines, « il s’agit là de deux groupes auxquels Son excellence, Monsieur le Président de la République accorde la plus haute importance.

C’est la raison pour laquelle, dans le PSE, les besoins, droits et contributions des femmes sont bien pris en compte suivant une approche intégrée qui vise à autonomiser et à promouvoir la femme et la jeune fille à travers le renforcement des capacités des Institutions et des Collectivités locales, l’intégration des aspects genre dans les politiques publiques, l’amélioration du dispositif juridique de protection des femmes et de la petite fille ainsi que le renforcement du leadership des femmes et de leurs capacités entrepreneuriales pour une croissance inclusive ».

Aussi, adresse-t-il, donc, toutes ses « félicitations au Réseau des Femmes des Secteurs Minier et Pétrolier (WIMOWA) et à sa Section Sénégalaise Women in Mining (WIM) pour leur participation appréciable et leur contribution à la promotion du Leadership de la femme africaine dans ce secteur encore aujourd’hui dominé par les hommes ».

Aly Ngouille Ndiaye a tenu à lever un coin du voile, qui enveloppe l’impact positif qu’a le Secteur minier sur le système éducatif. A cet effet, dit-il, « en ce qui concerne l’éducation des jeunes, avenir des Nations, la nécessité est établie de renforcer et de diversifier l’offre de formation et de recherche afin de doter les Etats, les Collectivités, les Institutions mais aussi les Industries de compétences aptes à soutenir la confirmation croissante du potentiel géologique de plus en plus stratégique de la sous-région Ouest Africaine.

Au Sénégal, cette préoccupation est largement prise en compte ».

Les conclusions de la RSE seront portées à la connaissance des Hautes Autorités de la Francophonie

La 4ème édition du SIM a été précédée de l’organisation d’un Atelier sur la Responsabilité Sociale à l’initiative de l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD). A ce sujet, le ministre de l’Industrie et des Mines a précisé que cet Atelier garde tout son pesant d’or. Dans la mesure où, a indiqué Aly Ngouille Ndiaye, ses « conclusions seront, comme par le passé, portées à la connaissance des Hautes Autorités de la Francophonie cette 2ème édition après celle également tenue à Dakar en septembre 2014″.

Aly Ngouille Ndiaye a profité du haut de la tribune pour réitérer une forte conviction du Gouvernement sénégalais. Conviction, selon laquelle « le Secteur minier peut et doit agir comme levier de développement territorial, tant au niveau de sa contribution au développement social et économique des territoires qu’au niveau de la diversification de l’économie en perspective d’un Sénégal émergent à l’horizon 2035 ».

C’est pourquoi, renchérit-il, « je puis vous assurer que les conclusions de vos travaux seront examinées avec la plus grande attention.

Je vous exhorte donc au dialogue et à la concertation et, soyez assurés que le Gouvernement, pour sa part, prendra toutes les mesures nécessaires pour la réalisation de cette ambition qui permettra d’accroitre, plus que par le passé, la contribution du secteur des Mines au Développement durable de nos Economies ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here