PARTAGER

Le patron de Rewmi emmuré dans le silence depuis les resultats officiels de la présidentielle donnant le président sortant, Macky Sall vainqueur dés le premier.

Est-il déçu du vote des Sénégalais qui ont une fois de plus porté Macky Sall à la tête du pays au point de les mépriser ? Ce silence est-il stratégique ?

Le constat est unanime pour le souligner. Arrivé à la deuxième à la présidentielle du 24 février 2019, derrière le Président sortant, candidat à sa propre succession, Idrissa Seck qui dit ne pas reconnaitre la victoire de Macky Sall, parce que le scrutin est truffé de fraude s’est muré dans un silence surprenant dans le cadre de la défense des intérêts du peuple.

Car, l’enquête fournie par BBC sur les contrats pétroliers incriminant le frère du chef de l’Etat, Idrissa Seck est resté aphone. Au point qu’il ne participe plu aux combats pour la préservation de la démocratie au Sénégal et pour la transparence dans la gestion des affaires publiques. Notamment le pétrole et le gaz qui mobilise le peuple à travers la plateforme «Aar Linou Boll», pour une gestion saine.

Stratège ou mépris…

Idrissa Seck ne participe plus aux débats publics et a disparu de la scène politique. Même s’il tient plus que jamais à faire face au chef de l’Etat, Macky Sall dont il a toujours dénoncé la gestion depuis son arrivée à la tête du pays.

Les avis sont partagés. Si des observateurs avertis laissent entendre que la l’attitude du patron du parti Rewmi n’est autre qu’une stratégie mise en place par l’ancien Premier ministre pour pouvoir rebondir après la défaite inattendue à la présidentielle, nombreux sont des citoyens qui pensent que le leader du parti Rewmi est déçu des Sénégalais qui ont donné un second mandat à Macky Sall, or que le pays a été mal géré durant son septennat.

…Les peuples n’ont que les dirigeants qu’ils méritent

Les peuples sont-ils maîtres de leur destin ? Oui. In fine, ce sont toujours les peuples qui imposent leur volonté. Mais le prix à payer en souffrance est toujours très, trop lourd. Les dirigeants le savent et comptent sur la lâcheté et la cupidité humaine pour maintenir des régimes politiques oppressifs. D’où la lenteur à faire bouger les masses. Cependant, il survient un moment où la tension entre les gouvernants et un peuple qui souffre est trop forte.

C‘est à cela que l’on semble assister aujourd’hui au Sénégal. Avec ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Petro Tim, avec des contrats jugés douteux. Face à cette situation, Idrissa Seck comme presque la totalité des candidats malheureux à la dernière présidentielle sauf Ousmane Sonko, ont opté pour le silence. Laissant le peuple, seul souverain assumer sa responsabilité vis-à-vis de celui qu’il a mis à la magistrature suprême. Cela, selon certains Sénégalais semble expliquer le silence d’Idrissa Seck, fin stratège.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here