PARTAGER

La lutte contre la pauvreté et le soutien aux personnes démunies restent encore aujourd’hui au cœur des préoccupations de madame Coumba Ka dit « Maman » comme l’appellent affectueusement ses intimes. La présidente de l’association Islamique pour le Développement et la solidarité qui excelle dans le domaine de la promotion économique de la classe féminine a requis toute notre attention pour se voir décerner le titre de femme de l’année 2017. Elle se distingue par son engagement total pour la sauvegarde de cette couche de la population vulnérable à plus d’un titre. Nous vous invitons ici à mieux faire connaissance avec celle qui a choisi d’être aux côtés des femmes pour contribuer à leur rendre la vie meilleure.

Née en 1973 Coumba Imam Ka a effectué ses études primaires et secondaires au Cem Khar Kane de Gossas. Coumba Ka a sans doute passé une enfance un peu mouvementée avec le rappel à dieu de sa mère quand elle venait de souffler ses 07 bougies .Bien qu’elle fut orpheline Coumba Ka a toujours senti la présence de son père qui l’aimait beaucoup ,qui la choyait .A 17 ans son père la donna en mariage avec un de ses oncles en l’occurrence Imam Aboubacry Ka, un grand penseur de la langue arabe qui est l’actuel directeur de l’institut Ben Bass Al fallah une institution installée à Dahra .Une situation qui sera incompatible avec la poursuite de ses études .De concert avec sa famille Coumba Ka accepta d’interrompre ses études pour rejoindre le domicile conjugal . La discrétion et l’humilité en bandoulière, elle est certainement la parfaite traduction du célèbre adage qui voudrait que derrière chaque grand homme, qu’il y ait une grande dame.

Sur les traces d’une dame de cœur

Ayant fait ses humanités à Colobane Gossas auprès de son père où elle a acquis les valeurs cardinales de la vraie femme sénégalaise, Coumba Ka a très tôt compris qu’elle devrait s’ouvrir aux autres et se consacrer entièrement à sa famille. Ce choix de cette bonne dame de cœur a réussi la grande prouesse de résister aux affres du temps «ma mission c’est d’aider les femmes qui n’ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins c’est pourquoi sur autorisation de mon mari j’ai mis sur pied en 2008 l’association « khadija » qui met en exergue les vertus de l’une des épouses du prophète PSL .Cette association islamique pour le développement et la solidarité m’a permis d’envoyer beaucoup de femmes dans les lieux saints de l’islam(Mecque).

Grace à l’agence privée ALHAREYMEYNA dont son mari est le propriétaire Imam Aboubacry Ka ,Coumba Imam Ka se sert de guide pour aider les vieilles dames et les personnes infirmes à pouvoir effectuer leur pèlerinage sans grandes difficultés « je suis allée à la Mecque à 8reprises mais à chaque fois je n’hésite pas à préparer le manger pour les personnes âgées et les assister pendant des moments difficiles ».Il lui arrive de rencontrer une femme dans son entourage qui veut se rendre à la Mecque sans la somme requise Coumba n’hésite pas de compléter l’argent pour que cette dernière puisse effectuer son pèlerinage

En 2017 Coumba Imam KA a distribué 39 millions de francs CFA à 39 organisations féminines du djoloff.

Entre autres activités, Mme Coumba Imam Ka est une militante active du développement local . Ainsi, elle a distribué en 03 tranches 39 millions de frs à 39 groupements féminins répartis dans les localités de Dahra Linguère ,Thiél ,Thiargny, Dendiéli, Douli , ,Gassane, Affé Djoloff ,Sangué. Au total elles sont 390 femmes à bénéficier de ces financements octroyés par Madame Coumba Ka en 2017.Certaines d’entre elles ont déjà remboursé la somme empruntée pour prétendre bénéficier d’un autre appui .Ces financements qu’elle offre à la couche féminine ont un impact positif dans l’amélioration de leurs conditions de vies indique Nafi Ka une des proches de madame Ka.

Avec ses partenaires financiers et amies, elle compte sillonner le djoloff tout entier pour venir en aide à ces nombreuses bonnes dames souvent laissées à elles mêmes .Elle lance un vibrant plaidoyer en direction des partenaires au développement d’appuyer davantage les couches vulnérables en particulier les femmes dans la lutte contre le sous emploi et la pauvreté .En tant que présidente du réseau des femmes pour l’émergence du djoloff elle ambitionne de relever le niveau de vie des femmes de son terroir.
Les sources de son engagement pour le développement et sa générosité légendaire

Grandie dans une famille très large à Colobane Gossas Coumba Ka a très tôt appris auprès de son père les valeurs du partage ,du pardon d’amour envers son prochain .C’est pourquoi dès la création de son organisation « Khadija » elle a sauté dessus ; le moment est venue pour elle de satisfaire son désir ardent qui consiste à assister ses consœurs dans l’amélioration de leurs conditions de vie . Coumba Ka a réussi avec brio à faire l’unanimité autour de son humilité et sa discrétion sans commune mesure .Le sort des femmes qui n’ont pas de quoi mettre sous la dent ou qui sont confrontées à des difficultés sociales la chagrine. C’est pour cette raison qu’elle n’hésite pas donner tout ce qu’elle lui tombe à la main.

D’après une source familiale à chaque fois qu’elle doit se rendre dans une manifestation publique elle n’y va avec les mains vides. Souvent elle se déplace avec une grosse enveloppe financière pour distribuer des billets de bancs à toutes les personnes qui la sollicitent. Son mari ,conscient du statut de son épouse n’hésite pas à la renforcer financièrement à chaque fois que le besoin se fait sentir. Une autre source nous révèle qu’à chaque fois qu’il y’a des tensions dans un couple elle joue les bons offices jusqu’à ce que les conjoints se retrouvent même s’il faut sortir des moyens pour arrondir les angles elle est prête à le faire pour vu que la paix et l’harmonie règnent dans ce foyer.

Coumba Ka a épousé la politique par nécessité
Si tu ne fais pas la politique des gens moins compétents viennent te diriger .C’est ce que semble comprendre Coumba Ka qui a décidé de mouiller le maillot pour s’engager dans la politique .A l’époque elle avait soutenu l’ancien ministre d’état Habib Sy directeur de cabinet de Abdoulaye Wade qui fut grand ami à son mari .Pour l’accompagner dans le développement l’actuel chef de file du parti de l’espoir et de la modernité Habib Sy lui donnait des machines qu’elle distribuait en milieu rural pour amortir la souffrance des femmes ’est comme ça qu’elle a finalement piqué le virus de la politique .Dès la chute du régime libéral en 2012 Coumba Ka a rejoint les prairies marron beige avec toute sa base politique pour s’allier avec Me Amadou Ka par ailleurs président du conseil départemental de Linguère .Quelques temps après elle a rejoint son fils qui est l’actuel directeur de la SAED Samba Ndiobéne Ka qui l’a beaucoup soutenue dit elle à travers son organisation politique dénommée « car natangué » .Investie candidate suppléante lors des élections du referendum de 2016,elle a toujours affiché cette grande ambition de pouvoir représenter le djoloff dans des instances de décision. Discrète et efficace à la fois elle garde sa base politique intacte et se bat quotidiennement pour la massification du parti présidentiel. Malgré son appartenance dans la sensibilité de Samba Ndiobéne elle ne demeure pas moins qu’elle garde de très bons rapports avec tous les responsables politiques.

Elle réitère son engagement derrière son mentor Samba Ndiobene Ka pour qui il a une grande ambition pour le djoloff afin de réélire Macky Sall dès le premier tour en 2019 .Elle lance un appel à ’unité de tous les responsables du djoloff pour atteindre cet objectif.

 

L’année 2017 est en passe de ravir sa place à 2018. Moment ne pouvait être mieux choisi pour honorer ceux-là qui ont marqué cette année finissante de la plus belle des manières dans le djoloff .Parmi elle, figure incontestablement Coumba Ka dite Maman affable dans toute sa splendeur .La rédaction de senvisions.com rend un hommage mérité à cette grande personnalité du djoloff.

Doudou Thiane Senvisions.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here