PARTAGER

Annoncée pour son démarrage le 1er décembre 2017, la campagne de commercialisation des arachidières tarde à démarrer dans le département de Linguère, zone par essence agricole. En cause des producteurs déçus exportent leurs rendement vers Touba et cela à des difficultés énormes.

Selon Mor Ndiaye Boustane président du syndicat japando qui regroupe les paysans,les éleveurs et les pêcheurs du département de Linguère, les producteurs sont au bout de leurs nerfs, ne savent plus à quel opérateur se fier.Récemment notre contact avec le setvice départemental du développement rural de Linguère l’on nous faisait savoir qu’aucun point de collecte n’a démarré dans la localité faute de moyens.

La situation s’annonce dure au point qu’on note des paysans qui n’hésite pas à brader leurs graines pour subvenir à leurs besoins car ne sachant que faire.

« Nous écoulons nos graines à des prix insignifiants dans le marché noir » laisse entendre un producteur découragé,très déçu du gouvernement du Sénégal.Ce dernier poursuit en disant que le Plan Sénégal Emergent ne peut jamais se concrétiser tant que la filière arachidière n’est pas prise en contact par l’Etat en donnant aux paysans des semences en qualité et en quantité suffisante gage d’atteindre une autosuffisance alimentaire.Du coup,les paysans interpellent l’Etat pour régler la situation.

Le moins que l’on puisse dire les paysans du Djoloff (terre d’agriculture) n’hésitent pas à manifester leur courroux à l’endroit de l’Etat du Sénégal qui n’a pas respecté la date du 01 décembre 2017 pour démarrer la campagne arachidière.

Bathie Ndiaye Senevisions.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here