PARTAGER

La fête  de l’Aydel  Kébir communément appelée s’annonce difficile dans le département de Linguère zone par essence agricole. En cette période hivernale où déjà les greniers sont vides, les populations de Linguère notamment les paysans préparent dans la douleur la Tabaski. En effet la conjoncture est là  ce qui explique le manque d’argent pour se procurer d’un mouton.

Notre ballade à travers certains foirails de la place, les moutons même s’ils sont en nombre important coûtent  chers. L’on nous signale que les prix varient entre 55000f à 80000f alors que  ces moutons laissent à désirer d’où pour avoir un bon mouton de Tabaski, il faudra débourser au moins 80000F.

Il n’ ya que le mouton qui est cher, également le prix des denrées de consommation le jour J à l’image de la pomme de terre et celui de l’oignon se vendent chers. D’après des commerçants de la place le prix du kilogramme de pomme de terre est de 500f, celui de l’oignon est de 450f des prix jugés en  hausse selon les chefs de ménages trouvés sur place.

En attendant que le dernier marché hebdomadaire  international de Dahra Djoloff (tous les dimanches)se tiennent les populations gardent espoir qu’au moins dimanche les prix connaîtrons une baisse comme quoi le mouton, la pomme de terre  ou l’oignon seront servis aux populations pour ensuite passer une bonne fête de mouton le jour J au sein de leurs familles respectives.

 Bathie     Ndiaye              Linguère.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here