PARTAGER

875643-pelerinage-a-la-mosquee-namira-sur-le-mont-arafat-au-sud-est-de-la-mecque-en-arabie-saoudite-le-23-s

Les monarchies arabes sunnites du Golfe, dont l’Arabie saoudite est le chef de file, ont accusé aujourd’hui l’Iran chiite de chercher à « politiser » le pèlerinage annuel de La Mecque, après la violente diatribe lancée par l’Iran contre Ryad.

Les propos « inappropriés et offensants » du numéro un iranien Ali Khamenei sont « une claire incitation et une tentative désespérée de politiser le rite » du hajj, a dénoncé le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Abdellatif Zayani, dans un communiqué. Outre l’Arabie saoudite, le CCG regroupe aussi Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït, le Qatar et le sultanat d’Oman. Une guerre des mots enfle depuis plusieurs jours entre les rivaux iranien et saoudien, à quelques jours du pèlerinage à la Mecque dont les Iraniens ont été privés cette année pour la première fois depuis des décennies. Lundi, l’ayatollah Khamenei a remis en cause la gestion des Lieux Saints de l’islam par l’Arabie saoudite. En réponse, le grand mufti saoudien, cheikh Abdel Aziz al-Cheikh, a affirmé que les Iraniens « ne sont pas des musulmans ».

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif est alors monté au créneau, en répondant qu’ »il n’y a effectivement aucune ressemblance entre l’islam des Iraniens (…) et celui de l’extrémisme fanatique que prêchent (les Saoudiens) ». « Les pays du CCG rejettent les déclarations successives des hauts dirigeants iraniens contre le royaume saoudien », qui « comportent des accusations et des allégations totalement incompatibles avec les valeurs et préceptes de l’islam », a dit M. Zayani.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here