PARTAGER

Ce vendredi 9 septembre en Iran, des manifestants ont scandé des slogans contre la famille royale saoudienne, accusée par Téhéran d’avoir empêché les pèlerins iraniens à se rendre à La Mecque. C’est la première fois depuis presque trois décennies que les Iraniens ne participeront pas au Hajj.

Avec notre correspondant à Téhéran,Siavosh Ghazi

Ces manifestations se sont déroulées en pleine crise entre l’Iran et l’Arabie saoudite. Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a qualifié la famille royale saoudienne de « maudite » et « maléfique ». Il a affirmé mardi qu’elle n’était pas qualifiée pour gérer les lieux saints de l’islam.

Téhéran et Riyad n’ont pas réussi à se mettre d’accord pour que les pèlerins iraniens se rendent à La Mecque cette année. En 2015, une gigantesque bousculade a provoqué la mort de 2 300 pèlerins à La Mecque dont 464 iraniens. Riyad n’a jamais présenté d’excuses pour ces morts.

Le différend entre Téhéran et Riyad va désormais bien au-delà du problème du Hajj. Mardi 6 septembre, le président modéré Hassan Rohani a accusé l’Arabie saoudite d’avoir mis à feu et à sang les pays de la région en soutenant les groupes terroristes en Syrie, en Irak et de bombarder les femmes et les enfants au Yémen. Il a appelé les pays musulmans à s’unir pour punir les dirigeants saoudiens. L’Iran chiite et l’Arabie saoudite sunnite s’opposent sur toutes les crises de la région, en particulier en Syrie et au Yémen.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here