PARTAGER

C’est ce mardi 04 Août 2018 que les travailleurs sociaux ont ténu un point de presse à l’école nationale des travailleurs sociaux spécialisés (ENTSS) de Dakar cette rencontre avec la presse entre dans le cadre d’informer l’opinion nationale de l’injustice sociale dont ils sont victimes après la signature du décret 2012-1322 du 16 Novembre portant statut particulier des cadres, des fonctionnaires du travail social.

Madame BA Rokhayatou Talla Présidente de l’amicale des conseillers en travail social est revenue sur l’essentiel de cette conférence selon elle: {  Aujourd’hui nous sommes réunis dans cette conférence pour un peu parler de la situation des travailleurs sociaux de manière globale il faut le rappeler le chef de l’Etat a décrété 2018 année sociale,  mais les travailleurs sociaux sont en reste. Ils ne sont pas recrutés en nombre dans la fonction publique ils sont ostracisés dans les projets sociaux et les directions relevant du social alors que le social est une question  éminemment technique comme de malheur voilà qu’après un bac+ 6 les travailleurs sociaux ne connaissent des pertes de leurs  revenus antérieurs ,il faut le reconnaître que le chef de l’Etat a fait des efforts avec l’avènement d’un cadre favorable aux travaux sociaux avec la signature du décret 2012-1322 du 16 novembre 2012 à la suite d’un long combat de plus de 10 ans. Il a bien voulu signer ce décret qui a un peu, rétablit les travailleurs sociaux dans leur droit.
Mais il faut le constater avec la signature de ce décret les travailleurs sociaux qui ont eu à intégrer ce cadre ou bien les conseillers que les travailleurs sociaux de la hiérarchie B1 ont vu leur situation salariale baissée de manière drastique alors qu’il faut le noter on a jamais vu des étudiants et des professionnels faire un concours avancé un point de vue administratif et perdre plus de 100 à 200 mille francs CFA et cette situation concerne à tous les corps.
Face à cette situation nous avons opté pour la voie légale en initiant beaucoup de correspondances adressées aux autorités compétentes à savoir : le ministre de la fonction publique, le ministre de la santé et de l’action sociale, le ministre des finances et du plan, le premier ministre le chef de l’Etat donc toutes ces correspondances n’ont pas connu d’effet et nous sommes étonnés en tant fonctionnaire qu’on ne respecte pas le pouvoir hiérarchique a-t-elle laisse entendre

Le chef de l’Etat son excellence Macky Sall a pourtant donné les instructions pour régler cette situation donc se plaignent les travailleurs sociaux selon Madame Ba Rokhayatou Talla  » le chef de l’Etat a donné des instructions fermes notamment à son premier ministre au mois de mars 2017 pour le règlement définitif de cette situation mais le problème reste toujours le même, moi même  parfois j’en fremine en sachant que parfois l’autorité n’est pas respectée dans ce cadre  martèle -t-elle tout en soulignant le malaise qui règne au sein de l’administration.
 » Il faut noter aussi qu’il ya une apathie et une indifférence qu’on note dans l’administration , parfois nous en tant fonctionnaire nous sommes obligés de mener de par nos propres moyens ,de par nos expériences pour produire des textes qui devraient être produit par l’administration parce qu’il faut le noter cette situation c’est un oubli et toutes les autorités ont convenu avec nous que c’est un oubli donc c’est à elle de prendre en compte,de prendre en main cette situation que nous vivons mais c’est toujours le statuqo il faut aussi rappeler que le chef de l’Etat a bien voulu nous recevoir en présence de ses collaborateurs notamment le directeur de cabinet qu’il a instruit de suivre le dossier pour son règlement définitif. Mais aussi le ministre de la fonction publique, le ministre des finances, le premier ministre il faut dire qu’on est très surpris par ce manque de solidarité qui existe face à cette situation, face à cette injustice que nous vivons et que nous connaissons.
Il faut aussi le rappeler et le noter en dehors du chef de l’Etat, nous avons senti qu’un seul soutien celui du nouveau ministre de la santé et de l’action sociale Monsieur Abdoulaye Diouf Sarr dont les actions ne sont pas encore concluantes face aux nombreuses résistances. Il est incompréhensible que des agents de conception formée sortant dans la plus haute administration sénégalaise soient moins rémunérés que des agents d’exécution parce que l’administration a oublié de compter leur texte, cette situation dure depuis des années parce que bien le décret a été signé en 2010 mais le concours professionnel a été ouvert aux fonctionnaires de l’Etat depuis le début des années 2000 donc ces fonctionnaires ont été laissés en rade des dizaines et dizaines d’années alors que le décret est signé et l’intégration encore posé de problème parce qu’une fois intégré les gens perdent leur salaire de manière drastique ont vu leur salaire baissé de manière drastique ce qui fait que nous,  nous n’allons pas nous arrêter là,  Il faut dire que à la suite de cette conférence de presse,  nous allons aussi faire recours à d’autres actions notamment des marches, des seeting  et d’autres points de presse parce que nous avons toujours opté la voie légale mais on est pas toujours entendu,  on s’est dit que nous sommes des fonctionnaires assermenté nous avons utilisé la voie administrative et la voie légale mais l’administration fait toujours la sourde oreille a-t-elle martelé

Elle aussi souligné de sensibiliser toutes les forces vives pour une réparation de cette injustice et en appelant à l’administration au respect des instructions de chef de l’Etat qui a été clair sur cette question

Massamba Camara Senvisions.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here