PARTAGER

C’est l’Association pour le Soutien et la réinsertion des Détenus (ASRED) qui donne l’information qui donne le tournis. 115 crimes par armes blanches ont été dénombrés entre 2016 et 2017.

Lors d’une réflexion menée hier autour de la question de la réinsertion, Ibrahima Sall de l’ASRED a indiqué que la fonction de la réinsertion sociale n’a jamais été prise en compte par l’Etat du Sénégal. « Seuls 2% des détenus bénéficient du programme de réinsertion mis en place par l’Etat. Le taux de récidive s’élève à 68% », a laissé entendre M. Sall qui ajoute que 38% sont liés à la drogue. Toujours dans cette problématique du suivi post-carcéral, les acteurs ont souligné que la réinsertion sociale est l’objet de toutes les complaintes face au « cachot du désespoir ». A les en croire, « la prison risque d’être un espace de socialisation ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here