PARTAGER

Lngtemps laissé en rade par les régimes précédents, le secteur de l’élevage est entrain de connaître un tout nouveau visage. En effet, conscient de la prépondérance dudit secteur dans l’économie du pays, le président Macky SALL a, depuis son accession au perchoir, entendu moderniser l’élevage en faisant de lui, un élément phare du Plan Sénégal Émergent. Pour y arriver, il a fait appel à un homme du sérail, un digne fils d’éleveur.
Ingénieur agronome et ancien directeur général de la SAED ( Société Nationale d’aménagement et d’exploitation des terres de la vallée du fleuve Sénégal du Delta et de la Falémé), Samba Ndiobéne KA a déposé ses bagages à la tête du département ministériel de l’élevage en Avril 2019. Depuis, le changement tant attendu est de plus en plus ostensible. En effet, a seulement un an de service, le jeune ministre âgé de 41 ans, a, dans l’étalage de ses qualités, épaté son monde allant jusqu’à bénéficier d’éloges Hô que grandioses de la part du chef de l’État, éloges que n’a jusque là reçu aucun ministre sous le régime de Macky SALL. A peine à la tête dudit département, SNK comme on le surnomme, a relevé fièrement deux défis majeures auxquels il faisait face: l’opération de tabaski 2019 et la sixième édition de la journée nationale de l’élevage. D’ailleurs, cette dernière, qui s’est vue être attribuée le thème tournant autour de la culture fourragère, a marqué le point de départ d’un élevage compétitif et structurel auquel ont adhéré tous les éleveurs. Et aujourd’hui, cette culture fourragère est en train d’être menée à bien par plusieurs éleveurs qui, conscients du retard tardif parfois de la saison des pluies, s’y attèlent déjà pour permettre à leurs bétails d’avoir de quoi se nourrir pendant la saison sèche. Pays sous-développé et appelé à réagir, le Sénégal compte aujourd’hui sur ses ressources pour pouvoir faire un pas en avant, parmi lesquelles ressources l’élevage occupe une place de choix. C’est dans ce sens que Samba Ndiobéne, ayant trouvé le budget de son ministère tourner autour des huit milliards, a, pour répondre favorablement à l’appel à l’adaptation du secteur aux réalités actuelles, fait le tout pour que soit triplé ce montant qui, à l’heure où ces lignes sont écrites, avoisine les 27 milliards. Attendu que le Sénégal insiste sur la modernisation de l’élevage, sachant qu’on ne peut aucunement parler de modernisation du secteur sans insister sur la recherche, le ministre Samba Ndiobéne a, pour ne point importer de médicaments, fait confiance à l’ISRA ( Institut de Recherche Agricole) qui, bénéficiant d’un montant de 1 milliards de franc de la part du ministère de l’élevage, a produit plus d’un million de médicaments. Avec le FONSTAB ( Fond d’appui à la stabulation) qui a aussi vu son budget être revu à la hausse, beaucoup de jeunes se sont lancés aujourd’hui dans le secteur de l’élevage car étant accompagnés par ledit fond qui a pour objet la modernisation et l’intensification des productions animales à travers la facilitation de l’accès au crédit aux professionnels de l’Elevage de manière durable

Somme toutes, les éleveurs se sont tous réjouis de la nomination de Samba Ndiobéne KA à la tête du département ministériel de l’élevage et ont adhéré à la politique définie par son excellence le président Macky SALL visant à avoir un élevage plus compétitif. Laquelle politique qui, avec le jeune ministre, est en train de porter ostensiblement ses fruits.

RESPECTONS LES GESTES BARRIÈRES

VIVE LE SÉNÉGAL DES VALEURS

PAPE ABDOULAYE KA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here