PARTAGER

C’est avec un plaisir immense que le ministre ALY NGOUILLE NDIAYE s’est retrouvé parmi les industriels pour visiter la zone industrielle de Dakar. Cette visite est intervenue suite  à un engagement du ministre. Il y’a deux mois, à la sortie d’une visite inopinée, il avait promis d’y revenir faire un état des lieux et discuter avec les travailleurs. Le ministre a tout d’abord transmis à l’assistance les salutations chaleureuses du président Mackysall. Il a tenu à préciser qu’il  a informé le PR sur cette visite qui entre dans le cadre d’un examen minutieux de la problématique de la zone industrielle en vue de trouver avec les différents acteurs des solutions durables. Le ministre a félicité le président du REEIAS (Regroupement économique des entreprises industrielles et artisanales de la SONEPS)El hadji Mass SALL pour l’accueil très  chaleureux réservéà son égard. Il n’a pas manqué de témoigner toute sa gratitude. Pour le ministre de l’industrie, l’étude et l’analyse du sous-secteur des sites industriels ne peuvent être dissocié de celles portant sur la politique du développement économique et social du pays en général mais plus particulièrement de la politique industrielle. Il s’agit alors de mettre en relief les dispositifs d’appui mis en place pour soutenir la création d’entreprise individuelle et mettre en exergue la question foncière en raison de la spécificité du domaine qui requiert des choix stratégiques pour la localisation du site. Le développement du site industriel répond souvent à un choix stratégique de structurer l’accueil des activitéséconomiquesau niveau d’un territoire donné en créant les conditions d’un environnement optimal à leur bon fonctionnement : qualité des dessertes, qualité de l’environnement, performance du réseau d’infrastructure de transport et réseau de télécommunication, mis en place de réseau haut débit en eau et électricité, proximité des services commerce, banques, restaurants …..etc

Compte tenu du dépassement de cet environnement industriel Aly Ngouillendiaye invite à une réflexion stratégique pour résoudre les problèmes auxquels les industriels sont confrontés quotidiennement et qui constituent des contraintes majeurs au développement des activités. Ainsi le gouvernement du Sénégal a pris la décision de moderniser le tissu industriel dans le cadre du PSE. Il a surtout invité les entreprises à jouer pleinement leur partition pour faciliter la professionnalisation du domaine industriel. A en croire le ministre des mines cette présente visite augure un nouvel élan de partenariat économique dynamique avec le département de l’industrie. Il a assuré la disponibilité de tous les démembrements ministériels pour matérialiser les fondements d’une relance du secteur des PME et PMI dans leurs chantiers de croissance et de performance durable.

Rappelons que le ministre et sa délégation composée de directeurs et conseillers techniques ont fait 5 heures d’horloge pour visiter certaines unités industrielles. Une bonne appréciation des préoccupations se lisait sur tous les visages non sans constater l’encombrement des rues et des espaces publics, l’exiguïté des locaux dans lesquels travaillent plus d’une centaine d’entreprises avec des milliers d’emplois. Séance tenante, il a donné des instructions fermes à ces collaborateurs de s’approcher des industriels, mécaniciens, femmes transformatrices afin qu’ils sentent l’appui de l’Etat. Une task force a été mise en place de concert avec les chefs d’entreprise pour délocaliser certaines activités. Le ministre, de souligner ceci « pas plus tard qu’hier j’ai eu à discuter avec le président de la République pour qu’on nous octroie un site de 400ha sur un terrain qui est identifié non loin de l’autoroute à péage sur le pole qui sera réalisé à DAGAKHOL situé entre l’AIBD et le futur portpour permettre de satisfairela forte demande en terrains industriels,aujourd’hui exprimée par les industriels sénégalais mais également les industriels étrangers »  Dans le processus d’accompagnement, le ministre a sollicité FONGIP et FONSIS pourdes financements. A propos des entreprises qui sont dans la transformation (PMI), un fond a été mis en place, il y’a environ un an à la BNDE pour accompagner avec des financements à moyen terme des activités d’investissement. Malheureusement, Aly NGouille est au regret de constater qu’il n’y a pas encore l’afflux des entrepreneurs industriels pour prendre ces fonds. « C’est une ardoise de 2 milliards 500 que vous pouvez avoir pour des financements allant jusqu’à 100 millions sur une durée de 5 ans avec un différé de 6 mois et un taux d’intérêt de 6,5% » il précisera que la garantie n’est pas demandée dans la mesure où le FONGIP s’en charge. A ce jour la consommation de ces financements n’a même pas atteint 500 millions.

Le domaine industriel contribue à promouvoir l’intégration des économies de la région, ainsi que les échanges commerciaux ce qui favorise la croissance et par l’émergence du pays. De l’avis du ministre, si chaque entreprise sénégalaise accordait une priorité à la volonté globale du gouvernement de moderniser le tissu industriel de la sous-région ouest africaine se présenterait la tête haute au rendez-vous de l’unité économique africaine.

Le ministre est d’autant plus réconforté de la forte mobilisation des entreprises du domaine industriel et de l’ex SONEPIS, ce qui confirme si besoin en était que le développement industriel du pays est certes l’affaire du gouvernement mais aussi et surtout celle des entreprises.

Le ministre a finalement salué l’engagement des membres du regroupement qui ont déjà mobilisé 200 millions logés à la banque islamique. Ce pragmatisme a permis aux autorités de la banque d’accorder une ligne de crédit d’un milliard. Mention spéciale aux femmes qui, ont non seulement coloré la cérémonie mais elles sont des chefs d’entreprise prêtes à apporter une valeur ajoutée. Dans cette même optique, ALY NGOUILLE NDIAYE a tiré le chapeau aux autorités municipales des hlm pour ses initiatives en travaillant avec les acteurs du domaine industriel avant de terminer en ces propos « je reste à votre disposition pour la continuation de cette collaboration pour le plein essor de notre secteur car dans le PSE le Président de la République a souhaité et exigé que lorsque nous serons en 2035 nous doublerons la contribution de l’industrie au PIB »

 

Mamadou Mangane 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here